Design : Les Canaux et Valdelia boostent l’économie circulaire

Design : Les Canaux et Valdelia boostent l’économie circulaire
L’association Les Canaux vient de lancer, en partenariat avec Valdelia, un programme de soutien pour les entreprises, associations et structures de réinsertion qui produisent du mobilier et des objets décoratifs à partir de matériaux recyclés : le Booster circulaire.


 

Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme : si le Booster circulaire devait se résumer en quelques mots, on pourrait citer Lavoisier. Ce programme, lancé le 19 avril à Paris par l’association Les Canaux et l’éco-organisme Valdelia, a vocation à soutenir et à promouvoir l’économie circulaire appliquée à la production de mobilier et d’objets décoratifs.

 

Pendant un an et demi, quinze structures, associations, entreprises et structures d’insertion seront accompagnées et soutenues pour booster leur activité.

 

Certaines d’entre elles ont déjà intégré la récupération de matériaux dans leur modèle, à l’image de l’atelier strasbourgeois Libre Objet, ou de la jeune startup parisienne Pimp your Waste. Mais pour d’autres, comme la société Rousseau Agencement, ou la ressourcerie associative Convergences 34, basée à Montpellier, l’économie circulaire est une nouveauté.


 

Mécénat de compétences

 

Pendant tout le temps du programme, les structures sélectionnées bénéficieront du mécénat de compétences de plusieurs acteurs. La Fondation d’entreprise Deloitte apportera son expertise sur le volet financier, et l’agence de conseil en innovation Les Petites Rivières sur le volet commercial et développement du business.

 

Le studio 5.5, un studio de design parisien, aidera quant à lui les structures à mener une réflexion sur le design de leurs produits.  


 

L’économie circulaire en plein boom

 

Le lancement du Booster circulaire est né de plusieurs constats, après une étude menée par Les Canaux avec la Cressidf, qui fait partie des partenaires du programme. “On assiste à l’émergence d’une nouvelle mode, celle de l’achat de mobilier de seconde main”, analyse Marine Gibert, en charge du Booster circulaire aux Canaux. “Parallèlement, les Français sont aussi de plus en plus sensibles à la dimension responsable, durable et locale des produits”.

 

Si la filière de la récupération des matériaux est en pleine structuration, avec l’émergence de recycleries, ressourceries et “matériauthèques”, et d’intermédiaires comme Cycle Up et Co-Cyclage, les producteurs de mobilier en matériaux recyclés ne sont pas encore assez nombreux, et les débouchés de vente sont encore assez peu diversifiés.

 

Le marché du réemploi est aujourd’hui bien réel. Chaque année, ce sont 2,65 millions de tonnes de meubles neufs qui sont vendus – et deviendront à terme autant de déchets – et 22,1 millions de tonnes de déchets qui sont produites par l’industrie manufacturière sous forme de chutes, de ratés ou autres déclassements.

 

, , , , , , ,